Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
DOSSIERS

DECHETS : Les huiles usagées, un danger pour notre environnement

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 22 avril 2016

Chaque année, la Guadeloupe produit selon l’ADEME 1625 tonnes d’huiles usagées. Seules 72 % de ces huiles sont collectées puis valorisées, alors qu’en métropole 100 % du gisement est aujourd’hui capté.

Afin d’améliorer les performances de la collecte en Guadeloupe et à Saint Martin, une campagne de sensibilisation du public et des professionnels est pilotée jusqu’à fin juin par l’ADEME pour le compte du Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer et en partenariat avec la DEAL Guadeloupe.

Les huiles usagées : un danger pour la nature

Les huiles usagées qui sont rejetées dans la nature, réduisent l’oxygénation de la faune et de la flore existantes.

Un litre d’huile usagée peut couvrir une surface d’eau de 1 000 m2 !

Les huiles usagées déversées dans les canalisations, peuvent également les boucher et colmater les filtres.


Source : www.jerecyclemeshuiles.com

Une campagne pour sensibiliser le citoyen

La campagne en cours vise à la fois :
- les professionnels qui peuvent faire collecter gratuitement leurs huiles par la SARP (seul ramasseur agréé de Guadeloupe)
- le grand public qui doit déposer ses huiles usagées dans les déchèteries équipées.

Des points de collecte sont également présents sur les marinas et ports à destination des pêcheurs ou plaisanciers.

Quels enjeux?

- Augmenter le taux de collecte
- Assurer une collecte de qualité (huiles usagées non mélangées avec d’autres produits)
- Susciter une pleine adhésion de chaque acteur de la filière

Les points de collecte

  (nouvelle fenetre)

Source : jerecyclemeshuiles.com