Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Préventions des risques et nuisances

L’évaluation préliminaire des risques d’inondation (EPRI)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 2 avril 2012 (modifié le 19 juin 2014)

L’évaluation préliminaire des risques d’inondation (EPRI) consitue la première étape de mise en oeuvre de la Directive Inondation.
C’est un diagnostic des conséquences négatives potentielles des inondations, établi en utilisant deux approches complémentaires à partir des données existantes sur les inondations et leurs effets en Guadeloupe :

  • la capitalisation et la valorisation des connaissances sur les inondations du passé ;
  • l’évaluation des impacts potentiels des inondations futures.

Pour la première fois, le risque inondation est ainsi envisagé au travers du prisme des enjeux et pas seulement de celui de l’aléa.

L’évaluation des impacts potentiels des inondations futures comprend deux étapes.
La première consiste à délimiter les enveloppes approchées des inondations potentielles (EAIP). Deux enveloppes ont été définies : l’enveloppe « débordements de cours d’eau » qui comprend l’ensemble des phénomènes de débordement de cours d’eau, de ravine et de ruissellement, et l’enveloppe « submersions marines » qui intégre aussi les effets potentiels du changement climatique en considérant une rehausse potentielle d’un mètre des niveaux marins d’ici 2100.
La deuxième étape concerne le dénombrement des enjeux dans ces enveloppes. Il s’agit d’évaluer les conséquences négatives potentielles d’une inondation, à l’aide d’indicateurs d’impacts sur la santé humaine, l’habitat, l’activité économique, l’environnement et le patrimoine culturel (ex. : nombre d’habitants, d’emplois, d’hôpitaux, superficie du bâti remarquable, etc.).

L’EPRI permet de :

  • quantifier en Guadeloupe les risques liés à un événement majeur d’inondation, pour la santé humaine, l’environnement, l’activité économique et le patrimoine culturel ;
  • participer à une vision homogène des risques d’inondations sur le territoire national ;
  • servir de base à la définition des territoires à risques d’inondation importants (TRI) en Guadeloupe qui feront l’objet d’un diagnostic plus poussé dans la deuxième phase de mise en œuvre de la directive.

L’EPRI a fait l’objet d’une large concertation et a été présentée aux partenaires de la gestion du risque inondation en Guadeloupe ("parties prenantes") le 24 janvier 2012. Elle a été approuvée par arrêté préfectoral du 16 mars 2012.

Parmi les principaux résultats de l’EPRI :

  • pour les inondations de type « terrestres » (débordement de cours d’eau, de ravine, ruissellement pluvial) : environ 61 200 personnes vivent en zone potentiellement inondable, soit 15,30 % de la population ;
  • pour les inondations de type « marines » (submersions marines) : environ 42 500 personnes vivent en zone potentiellement inondable, soit 10,60 % de la population.

Télécharger :