Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Développement durable et Coopération Internationale

L’expertise scientifique du GIEC.

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 septembre 2018 (modifié le 20 septembre 2018)

Le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat est un organe international en charge d’analyse scientifique.

Ce groupe a été établi en 1988 par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). L’enjeu a été d’élaborer des stratégies d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique. Concernant les incidences et risques liés au climat, ces experts effectuent des évaluations scientifiques pour le compte des responsables politiques.
Cette expertise scientifique est ainsi conduite par trois groupes de travail et une équipe spéciale pour les inventaires nationaux de Gaz à Effet de Serre (GES).

  • Le groupe de travail 1 évalue les aspects scientifiques du système climatique et de l’évolution du climat.
  • Le groupe de travail 2 s’occupe des questions relatives à la vulnérabilité des systèmes socio-économiques et naturels du fait des changements climatiques, des conséquences négatives et positives de ces changements et les possibilités de s’y adapter.
  • Le groupe de travail 3 évalue les solutions envisageables pour limiter les émissions de gaz à effet de serre ou atténuer de toute autre manière les changements climatiques.

Le secrétariat du GIEC à Genève (Suisse), est hébergé par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM).

L’équipe spéciale, pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre, développe et améliore un guide méthodologique pour le suivi des émissions de GES. L’usage d’une telle référence commune favorise les travaux de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

« En avril 2016, le GIEC est convenu que le rapport de synthèse afférent au sixième Rapport d’évaluation serait achevé en 2022, à temps pour le premier bilan mondial prévu au titre de la CCNUCC. Il s’agira pour les pays d’évaluer les progrès accomplis en vue de réaliser leur objectif qui est de contenir le réchauffement mondial bien en deçà de 2°C. tout en poursuivant l’action menée pour limiter la hausse des températures à 1,5°C. Les contributions des trois groupes de travail seront prêtes en 2021. »