Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Presse & communication

Les petits Etats insulaires en première ligne face aux conséquences du changement climatique

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 septembre 2018 (modifié le 8 octobre 2018)

Amjad Abdulla, originaire des Maldives, négociateur en chef pour l’AOSIS* et également représentant d’une quarantaine de nations allant des Maldives aux Bahamas en passant par Singapour, a fait part de sa grande inquiétude pour ces Iles faces au changement climatique, lors de la réunion de préparation de la COP 24 (prochain sommet sur le climat qui se déroulera en Pologne). En effet, ces Iles au niveau de l’eau, sont déjà fortement impactées par des inondations et évènements fréquents.

Cette réunion qui s’est déroulée à Bangkok du 4 au 9 septembre 2018, fut la session intermédiaire de négociations sur le climat où 190 états participant ont jusqu’à la fin de l’année 2018 et la 24 ème conférence climat de l’ONU pour s’accorder sur les règles à mettre en œuvre pour limiter le réchauffement climatique en-dessous de 2°C.
Cependant, ces discussions entre pays ont entrainé des tentions qui ont eu une incidence cet été sur le Fonds vert pour le climat de l’ONU, déjà fragilisé depuis l’arrêt de contribution des États-Unis. Il faut rappeler que ce Fonds vert prévoit une aide annuelle de 100 milliards de dollars d’ici à 2020 pour les pays pauvres afin qu’ils s’adaptent aux impacts dus aux changements climatiques.

* AOSIS Alliance of Small Island States