Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Transport, déplacements et sécurité routière

Retour sur le séminaire INTER-DOM "Économie et système de transports" du 15 au 17 octobre 2019.

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 7 janvier 2020 (modifié le 9 avril 2020)

L’Observatoire régional des transports de Guadeloupe a organisé les 15, 16 et 17 octobre 2019, un séminaire inter-départemental sur les thématiques du transport collectif de personnes et du report modal. A cette occasion, tous les départements d’outre-mer étaient représentés ainsi que les principaux acteurs du transport de Guadeloupe, parmi lesquels les syndicats de transporteurs, les communautés d’agglomération ou encore les bureaux d’études spécialisés.
Cet événement a permis aux 80 participants et aux techniciens des différentes autorités organisatrices de la mobilité de partager leur retour d’expériences et de mener des réflexions sur la construction d’offres de transport collectif de qualité, fiable et soutenable sur le plan économique.

L’expérience réussie des « cars jaunes », sur le territoire de la Réunion ou du transport par bus sur voies réservées de la Martinique, a été à ce titre riche d’enseignements et utile pour les futurs projets guadeloupéens, guyanais et mahorais.

Tous ces territoires s’accordent sur la nécessité de contenir le « tout voiture », dont les pratiques impactent fortement notre santé et notre environnement. Les transports collectifs constituent par ailleurs un des leviers du développement et de la cohésion des territoires, notamment afin d’encourager les modes actifs (la marche et le vélo) et la redynamisation des centre-villes. A ce titre, il a été évoqué la constitution récente de l’autorité organisatrice unique de Martinique et la nécessité de privilégier a minima l’échelon régional pour un maillage cohérent du territoire et intégrer les mobilités au cœur des problématiques d’aménagement. Les transports collectifs sont par ailleurs un moyen indispensable pour lutter efficacement contre l’insécurité routière.

Le séminaire a enfin permis d’inscrire ces politiques publiques dans une perspective de long terme en réponse à l’enjeu plus global du changement climatique.

Les principaux points à retenir de ces journées :
- la création d’un espace de coopération technique entre départements ultramarins au service des usagers, véritable outils d’aide à la décision pour les élus en charge des transports ;
- l’importance de replacer l’usager ultramarin au centre des dispositifs de transport, notamment pour concevoir des équipements qui correspondent mieux à ses besoins et mettre en place un suivi qualité des services rendus ;
- la nécessité de mutualiser les achats de bus et les équipements pour agir sur les coûts et en faciliter leur maintenance ;
- la nécessité également de mener des réflexions sur les possibilités de compléter les réseaux de transport collectif classique par du transport à la demande afin de permettre aux autorités organisatrices de la mobilité de faire des économies ;
- l’opportunité de militer pour rendre éligible aux fonds européens, l’achat de bus par les autorités organisatrices de la mobilité ;
- l’importance de lutter contre la concurrence déloyale ;
- et enfin l’usage des nouvelles technologies afin d’améliorer la vitesse commerciale des bus, d’harmoniser les outils de billétique et de fiabiliser l’information voyageur (notamment l’usage de smartphones pour payer et composter ses billets à bord des bus).

voir aussi


Télécharger :