Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Presse & communication

Risques : relocaliser les personnes et les activités

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 3 septembre 2013 (modifié le 18 septembre 2018)

Le 6 août 2013, le Maire de la ville de Petit-Bourg a signé la convention financière du projet retenu par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Energie.

Un dossier Guadeloupéen exemplaire au niveau national
Un appel à projet national concernant la "Relocalisation des activités et des biens fortement exposés dans les territoires à risques littoraux" a été lancé en 2012 par le ministère de l’Écologie dans le cadre de la stratégie régionale de gestion du risque d’érosion côtière aux horizons 2020 et 2040. L’objectif est d’initier les études pour des démarches pilotes innovantes dans les territoires fortement menacés par les risques littoraux (érosion et submersion marine).
5 projets ont été retenus le 23 novembre 2012, dont un seul pour l’outre-mer : celui présenté par la communauté d’agglomération du Nord Basse-Terre CANBT (accompagnée par l’Agence des 50 pas géométriques). Le projet vise la relocalisation des constructions situées dans les secteurs de Bovis et de Bel Air - Pointe à Bacchus sur le littoral de Petit-Bourg. Il s’agit de la zone des 50 pas géométriques en zonage rouge du PPRN, dans laquelle les constructions ne peuvent être régularisées par l’Etat par cession onéreuse. C’est donc le principe d’un relogement qui a été retenu. Le financement de l’Etat est de 110 000 € sur un montant d’études et dépenses annexes estimé à 192 800 €.

La mise en œuvre
Après le séminaire national de lancement réunissant les porteurs de projets, qui s’est tenu à Paris au mois de février 2013, la première réunion du comité technique de suivi a eu lieu le 25 avril à Petit-Bourg, en présence des représentants de la DEAL et du ministère de l’Écologie (DGALN). A cette occasion, une visite de terrain a permis de mieux appréhender la nécessité d’intervenir sur ces quartiers (voir la galerie de photos).

Le cahier des charges de l’appel à projet inclut l’organisation d’ un séminaire par la CANBT, dans la période d’octobre à novembre 2013. Les élus et techniciens concernés seront invités à débattre du sujet. Des représentants du ministère de l’Écologie y participeront ainsi que des représentants (élus et techniciens) des autres départements français d’Amérique qui se sont montrés particulièrement intéressés par cette démarche.

DGALN : direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature
PPRN : plan de prévention des risques naturels

Contact
Pour de plus amples informations, Liliane Montout, responsable de la cellule DéAL/ATOL/GEL (tel : 0590.21.29.16)