Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Presse & communication

DECHETS : Que deviennent les déchets BTP?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 juillet 2017

Depuis le 7 août 2015, l’élaboration des plans de prévention et de gestion des déchets inertes, non dangereux et dangereux devient une compétence de la région. D’ici à février 2017 les déchets du BTP intégreront donc le nouveau plan régional de prévention et de gestion des déchets.

DECHETS : Que deviennent les déchets BTP?

Depuis le 11 avril 2016, « la CCI des Iles de Guadeloupe » a lancé les travaux de révision du Guide de gestion des déchets destiné aux entreprises. Ce guide actualise l’édition de 2009.
En attendant la mise en ligne de cet outil indispensable, la DEAL Guadeloupe propose un point sur la valorisation des déchets inertes du BTP.

Valorisation des Déchets inertes du BTP : où en est-on ?

Les déchets du Bâtiment et Travaux Publics (gravats, béton…) sont principalement des déchets inertes, mais pas seulement ! Les fractions dangereuses (déchets amiantés par exemple) doivent être traitées spécifiquement. Jusqu’ici, la gestion des gravats et des déchets du BTP relevait du plan 2008 ; ce plan a été élaboré initialement par l’État, puis transféré au Conseil départemental.

La loi NOTRe adoptée le 7 août 2015, modifie les compétences en matière de planification de la gestion des déchets. Désormais l’élaboration des plans de prévention et de gestion des déchets inertes, non dangereux et dangereux devient une compétence de la région. D’ici à février 2017 les déchets du BTP intégreront donc le nouveau plan régional de prévention et de gestion des déchets.

Une valorisation à promouvoir

La valorisation des déchets inertes permet de recycler les gravats des bâtiments déconstruits ou des travaux publics. Les matériaux recyclés peuvent être utilisés en lieu et place de matériaux neufs issus des carrières. Plusieurs professionnels (exploitants de carrières ou sociétés de BTP) ont des concasseurs adaptés et gèrent ce type de déchets. Selon l’observatoire des déchets 22 520 t, ont été ainsi valorisées en 2014. C’est encore peu, puisque le gisement avait été évalué en 2008 à 412 000 t/an ; mais cette filière compte chaque année de nouveaux acteurs ! Les sociétés SGB, SGEC, SGTP recyclent notamment ces déchets et communiquent leurs résultats à l’observatoire.

Un enfouissement réglementé

Si les gravats ne peuvent pas être valorisés, ils ne doivent pas être abandonnés dans la nature mais stockés en installation de stockage de déchets inertes ou non dangereux.

- Jusqu’à mars 2016, l’ISDI (Installation de Stockage de Déchets Inertes) de Jarry accueillait les déchets inertes de Guadeloupe ; elle est aujourd’hui en cours de réaménagement et n’accepte plus de déchets mais une future ISDI devrait prochainement être autorisée à Sainte-Anne. Elle devrait pouvoir accueillir 53 000 tonnes de déchets inertes par an. Pour en savoir plus, consulter le dossier du projet de la société SORECTA en cours d’instruction.

- L’ISDND (Installation de Stokage des Déchets Non Dangereux) située à Sainte-Rose, peut toujours accueillir ce type de déchets.

Source : Observatoire des déchets de la Guadeloupe