Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Ressources naturelles et paysages

Veille des Plathelminthes en Guadeloupe

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 janvier 2021 (modifié le 27 avril 2021)

1 – Qu’est-ce qu’un Plathelminthe ?
Les Plathelminthes sont des vers plats. Ils forment un embranchement du règne animal comportant plus de 20 000 espèces. Il n’existe pas de Plathelminthes terrestres indigènes à la Guadeloupe. Il s’agit d’espèces exotiques. Les risques de confusion avec d’autres espèces (vers, limaces, etc.) sont très faibles car les Plathelminthes sont plats, allongés et d’aspect lisse et un peu gluant.

2 – Pourquoi est-ce une menace ?
Les Plathelminthes terrestres sont des prédateurs des invertébrés du sol (escargots, vers de terre, etc.). Leurs voracités menacent de déséquilibrer le milieu et l’écosystème du sol et ainsi mettre en danger la biodiversité locale.
En Guadeloupe, deux espèces et deux groupes de Plathelminthes terrestres figurent sur la liste des Espèces Exotiques Envahissantes (EEE) interdites de territoire en Guadeloupe (cf. Liste 2 Faune du 07/07/2020) que sont :

Si la probabilité qu’Arthurdendyus triangulatus colonise la Guadeloupe est quasi nulle (il ne parvient pas à coloniser les sols « trop chauds » du Sud de l’Angleterre), la présence d’autres espèces de Plathelminthes ne figurant pas sur cette liste est avérée en Guadeloupe. C’est le cas d’Amaga expatria par exemple.

3 – Que faire si j’observe un Plathelminthe ?

Si vous pensez avoir repéré un ver plat, il suffit de :
1 – Prendre des photos du ver plat,
2 – Remplir l’enquête électronique sur le lien suivant :
Enqueteur.deal971.developpement-durable.gouv.fr

Vos observations seront transmises au Muséum National d’Histoire Naturelle (Jean-Lou JUSTINE).

4 – Comment lutter contre ces vers plats ?

Une fois implantées, il est très difficile de lutter contre ces espèces. La solution la plus efficace est d’agir en amont en évitant leur introduction et leur propagation sur le territoire. Pour cela, il est recommandé de ne pas transporter de plantes en pots.





Pour en savoir plus :

  • Bipalium spp. et Diversibipalium spp.

Prédateurs des animaux du sol et notamment des vers de terre, les genres Bipalium spp. et Diversibipalium spp. regroupent plusieurs espèces de vers plats originaires des régions chaudes d’Asie. Les espèces de ces genres sont facilement reconnaissables par leurs têtes en forme de marteau. La taille des Plathelminthes bipaliinés, pouvant mesurer jusqu’à 40 cm de longueur, fait qu’il s’agit des plus grands prédateurs d’invertébrés du sol. Les plus préoccupants d’entre eux en Guadeloupe sont Bipalium kewense (qui mesure environ 30 cm) et Bipalium vagum (qui mesure entre 1 et 4 cm).

  • Platydemus manokwari

Originaire de Nouvelle-Guinée, Platydemus manokwari est un ver carnivore qui a colonisé de nombreux territoires suite à des introductions accidentelles (Australie, Polynésie française) ou volontaires (Philippines, Maldives, Japon, etc). En effet, du fait de son régime alimentaire principalement composé d’escargots terrestres, il a été utilisé comme agent de lutte biologique contre une autre EEE : l’escargot africain géant (Achatina fulica). Sa présence est avérée en Guadeloupe.
Il représente une menace à double titre :
• du fait de son régime alimentaire diversifié et en l’absence de prédateurs connus c’est une menace pour les écosystèmes guadeloupéens
• il représente un danger sanitaire puisqu’il est un hôte de Angiostrongylus cantonensis. Ce parasite peut évoluer chez l’Homme et être responsable de l’Angiostrongylose.

Facilement reconnaissable, Platydemus manokwari mesure 5 cm de long et 5 mm de large. Son dos est sombre (couleur olive noire) avec une bande centrale claire. Son ventre est plus clair. La tête est allongée, avec deux yeux noirs bien visibles. La bouche n’est pas sur la tête, mais sous le corps, en son milieu.

  • Amaga expatria

Certains Plathelminthes – faute de connaissances – échappent à leur inscription réglementaire en tant que EEE en Guadeloupe. C’est le cas de l’étonnant Amaga expatria.

Amaga expatria ressemble à s’y méprendre à une banane coupée dans la longueur, à la teinte jaune-orange tachetée de noir. Il peut mesurer jusqu’à 15 cm de longueur. C’est un prédateur des animaux du sol (vers de terre, escargots) et sa voracité menace de déséquilibrer le milieu et l’écosystème du sol indispensable à la résilience du territoire.

L’observation attentive de ce ver étrange en Guadeloupe et en Martinique dans le cadre d’un programme de sciences participatives (Twitter @Plathelminthe4 et http://bit.ly/Plathelminthe) a donné lieu à 20 signalements (dont 6 en Guadeloupe). En Guadeloupe, le premier signalement date de 2012. Cette espèce semble bien adaptée aux forêts mésophiles entre 400 et 700 m d’altitude et dans les forêts humides.

Toujours sur les Plathelminthes :
https://www.mnhn.fr/fr/recherche-expertise/actualites/vers-plats-predateurs-envahissent-antilles

https://sites.google.com/site/jljjustine/plathelminthe-terrestre-invasif

En podcast :
Guadeloupe la 1ère / Clin d’œil à la vie : Le ver plat 1/5

Guadeloupe la 1ère / Clin d’œil à la vie : Le ver plat 2/5

Guadeloupe la 1ère / Clin d’œil à la vie : Le ver plat 3/5

Guadeloupe la 1ère / Clin d’œil à la vie : Le ver plat 4/5

Guadeloupe la 1ère / Clin d’œil à la vie : Le ver plat 5/5

Sur les Espèces Exotiques Envahissantes :
http://www.guadeloupe.developpement-durable.gouv.fr/la-reglementation-relative-aux-especes-exotiques-a2863.html

https://especes-envahissantes-outremer.fr/