Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Presse & communication

Sargasses, l’Etat agit en lien avec les collectivités

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 14 novembre 2014 (modifié le 18 septembre 2018)

Les sargasses prennent naissance dans le Golfe du Mexique et elles s’accumulent au niveau de la mer des Sargasses. Depuis plus d’un an, un autre spot au large du Brésil semble être la zone source de "nos" sargasses.

Depuis le premier phénomène d’échouages massifs de sargasses en 2011 puis en 2012, l’Etat (Préfecture /DEAL, DAAF) et ARS continuent à agir de concert. Des recommandations sont faites aux populations.
Recommandations DEAL algues sargasses (format pdf - 877.4 ko - 15/10/2014)
Sargasses-SitePonte-Recommandations ONCFS (format pdf - 91.2 ko - 15/10/2014)
Du fait du retour des Sargasses en 2014, les communes ont renforcé leur intervention avec l’appui de différents services. Notamment :
- la DEAL et son pôle "biodiversité marine" qui analyse la situation et fait le point de la situation concernant le milieu marin ;
- la DAAF qui conduit des travaux sur la question des possibilités de valorisation des sargasses ;
- l’ARS qui prend en compte l’aspect sanitaire. En effet, l’agence régionale de santé informe la population sur la toxicité des sulfures émis au cours de la décomposition des sargasses.
- le syndicat "Sites et Plages" aide et assiste les communes en situation d’urgence et participe désormais au comité de suivi coordonné par la préfecture.

La coordination de la "cellule sargasses" est activée par la Préfecture de la région qui associe la DEAL au titre de "conseil en environnement". Cette mission est axée sur :
- la réalisation d’une étude générale sur le phénomène, apportant des éléments sur les causes probables et les conséquences écologiques de ces échouages et les possibilités de détection par images satellite ;
- la rédaction de documents de recommandations pour l’étalement des algues, facilitant un séchage rapide, cette solution étant la plus largement recommandée au vu des moyens disponibles et de la question sanitaire ;
- la coordination et la réalisation de visites sur sites (avec l’ARS, la DAAF et la Direction de la Mer) pour faire un état des sites et conseiller les services techniques des mairies concernées ;
- la réalisation de survols en hélicoptère pour déterminer les zones les plus impactées et organiser les interventions.

Contacts DEAL :
Pôle "Biodiversité marine"
Mélina LAURENT
Franck MAZEAS


Télécharger :