Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Développement durable et Coopération Internationale

Ambassadrice de la SNTEDD 2015 - 2020

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 août 2015 (modifié le 28 août 2018)

Nicole Erdan est responsable du pôle "Développement Durable" de la DEAL Guadeloupe et aussi Ambassadrice de la stratégie nationale de transition écologique (SNTEDD 2015-2020), au sein du Ministère de l’écologie. Dans ce double rôle elle est à l’initiative de l’éco-événement régional « sur les nouvelles formes d’économie dans les territoires insulaires et enjeux climatiques » qui s’est tenu en Guadeloupe du 3 au 5 juin 2015. Cette rencontre régionale inscrite dans la semaine Européenne du développement durable a connu un très vif succès avec plus de 300 participants. C’est le 1er éco-événement organisé en DEAL Antilles-Guyane, consacré à l’économie circulaire, collaborative, sociale et solidaire. Réunis à la médiathèque du Lamentin puis dans l’hémicycle du Conseil Régional, la contribution des acteurs publics et de la société civile alimentera le débat au sein de la COP21 Paris climat de décembre 2015.

Plus largement notre ambassadrice s’attache à porter "les Ambitions d’une politique nationale" pour faire émerger un modèle de société qui allie progrès économique, équilibres écologique et humain.
Le changement climatique est aujourd’hui notre levier pour générer une croissance verte et durable.

Trois Questions à l’ambassadrice

1. Quel est le sens donné à votre mission d’ambassadrice ?
J’ai suivi la formation d’ambassadrice dispensée par l’IFORE (Institut de Formation de l’Environnement) en 2014 et je mesure les enjeux inhérents à cette mission au regard des évolutions des politiques publiques et de la réglementation depuis les Grenelle I et II de l’Environnement.
Être "ambassadeur de la SNTEDD" -stratégie nationale de la transition écologique vers un développement durable- donne toute latitude pour initier, animer et soutenir des actions territorialisées d’information, de sensibilisation et de formation en cohérence avec les choix stratégiques et politiques portés par cette stratégie nationale.

Ces choix reposent sur une triple ambition :

  • 1- définir une société plus responsable grâce au développement de territoires durables et résilients, l’engagement dans l’économie circulaire et sobre en carbone, la prévention et la réduction des inégalités environnementales, sociales et territoriales,
  • 2- proposer des leviers pour accélérer et accompagner la mutation de la société en inventant des nouveaux modèles économiques et financiers, en accompagnant la mutation écologique des activités économiques, en orientant la production de connaissances, la recherche et l’innovation,
  • 3- enfin, encourager une pédagogie et une gouvernance pour l’appropriation de la transition écologique et l’action de tous. C’est par ailleurs une mission qui s’inscrit dans une temporalité -2015-2020- qui converge avec les lois, plans, programmes et stratégies (ex : plan national de gestion des déchets, programmes opérationnels, contrat de projet Etat-Région..)

Elle s’engage également au moment où certaines lois sont votées (loi pour l’économie sociale et solidaire, loi de la transition énergétique pour la croissance verte…) ou le seront très prochainement (loi sur la biodiversité).

Être ambassadeur aujourd’hui revêt un sens tout particulier, car au-delà du travail en réseau qui est une occasion de partage et d’expériences, au-delà également des liens privilégiés que je peux entretenir avec les différents services centraux du Ministère et singulièrement le CGDD -commissariat général au développement durable-, cette mission me confère une dimension dans le sens de "l’agir territorial" (tant avec les autres services de l’État qu’avec tous les partenaires extérieurs), afin de faire émerger une culture commune du Développement Durable.

2. Quel est donc votre rôle et votre programme d’actions et à qui devez-vous en rendre compte ?
Les ambassadeurs de la SNTEDD jouent un rôle fondamental dans la construction d’une culture commune du développement durable en diffusant et en expliquant localement les grands principes de cette stratégie sur le territoire.
Du fait de son adoption en conseil des ministres le 4 février 2015, mon cahier des charges a été dicté par la demande en 2014 et pour 2015, dominée par l’actualité gouvernementale liée à la COP21 en réponse à l’ampleur des événements auxquels nous devons faire face.

Ainsi au titre de l’année 2014 j’ai eu à conduire au sein de la mission Développement Durable, plusieurs actions parmi lesquelles on peut noter par exemple :

  • la formation-sensibilisation des commissaires enquêteurs à la SNTEDD,
  • les journées de l’entreprise sur l’économie circulaire, dont l’objectif était de rapprocher le monde économique et l’université,
  • stand avec les associations, de sensibilisation du public au milieu marin à l’occasion de la route du rhum 2014,
  • les RV économiques où il a été question de la transition écologique et plus particulièrement de l’économie circulaire et de la transition énergétique,
  • des appuis techniques au copil technique pour la réalisation des agendas 21 (Morne à l’Eau, Saint-Claude et Grand Bourg de Marie-Galante..).

Nos perspectives relèvent de deux ordres.
D’abord la gouvernance : une réflexion est en cours sur la mise en place d’un comité régional de la transition écologique -le CRTE-, comme le préconise la SNTEDD.

Ensuite nous nous attacherons à rendre plus visible les initiatives transformées en action à travers la réalisation d’une plate-forme, destinée à offrir plus de lisibilité sur les projets qui donneront forme à cette nouvelle société sobre en carbone. Enfin nous poursuivrons dans une dynamique d’amplification des actions de sensibilisation à travers des ateliers d’échanges, de mutualisation et de recensement des initiatives afin d’alimenter cette plate-forme.
Pour faire passer ces messages au sein des services de la DEAL, auprès des autres services de l’Etat, des collectivités et des entreprises, cela nécessite une certaine maîtrise du contenu et beaucoup de pédagogie.

La DEAL, service déconcentré des Ministères de l’Écologie et du Logement, agit sur le territoire sous la responsabilité du Préfet représentant du Gouvernement. Les actions mises en œuvre localement à travers cette stratégie alimentent le rapport national au Parlement qui s’appuie notamment sur des indicateurs de suivi.

3. Le séminaire technique en vue de la préparation de COP 21, fait-il partie de votre contrat d’objectif ? Si oui quels sont les enseignements à tirer et quelles sont les autres actions à venir ?

La SNTEDD concerne tous les services de l’État et appelle une inflexion de l’ensemble des politiques publiques pour une transition écologique. Elle constitue un outil essentiel au service de la cohérence transversale de l’action de l’État sur le territoire. Et c’est à ce titre que l’année 2015 a été consacrée à la mobilisation vers la COP21 sur les enjeux du changement climatique, en référence aux conclusions de la table ronde de la conférence environnementale de 2014.
Cela s’est traduit par l’organisation d’un séminaire sur "les nouvelles formes d’économie en territoire insulaire et enjeux climatiques" et une mobilisation forte de tous les acteurs -publics/privés- comme le préconise la SNTEDD.

On ne peut vraiment évoquer "un contrat d’objectif" quand il s’agit de se mobiliser pour une cause planétaire. La Mission Développement Durable de la DEAL a en effet organisé ce séminaire dont les objectifs étaient surtout, -au-delà des discours techniques liés à un domaine appartenant aux scientifiques-, de croiser les expériences et de démonter que notre territoire était déjà en mouvement à travers de nombreux projets et réalisations. Il s’agissait de mobiliser tous les acteurs pour les sensibiliser à la nécessité de changer de modèle pour le développement d’une économie sobre en carbone, élaborer un agenda des solutions locales, et faire porter la voie de la Guadeloupe insulaire au sein de la COP21.

Etre ambassadeur de la SNTEDD est un engagement au service des citoyens. C’est aussi faire en sorte que le citoyen lambda soit sensibilisé aux effets du réchauffement climatique, de son impact sur son quotidien mais surtout sur notre économie. Cet ’éco-évènement a permis de poser les premières pierres de la construction d’une société guadeloupéenne plus solidaire.
Nous avons ainsi pu démontrer que la dynamique collective était un préalable fondamentale à la réussite de toute initiative collective. C’est d’ailleurs la première fois qu’un tel rassemblement réunissait une telle diversité d’acteurs jusqu’alors isolés dans leur milieu professionnel ou bassin géographique : les chefs d’entreprises, les Jeunes, le technicien en collectivité, l’étudiant en université, les responsables politiques, les structures porteuses d’expériences en économie verte dans la caraïbe…
D’ores et déjà nous pouvons nous projeter sur la 2ème édition de cet évènement en 2016.

Pour envisager l’avenir , à noter quelques projets significatifs qui garderont le cachet de la COP 21 :

1- La mise en œuvre opérationnelle du plan national d’actions pour la préservation des abeilles et insectes pollinisateurs, porté par l’Apigua, en partenariat étroit avec l’Inra, le conseil départemental, le lions club et la DEAL. C’est une manifestation qui sera parrainée par l’entreprise Phytobokaz.
Là encore les prescriptions liées au caractère pluri-acteurs de la SNTEDD seront appliquées. Ce projet -étalé sur un peu plus de deux ans- mettra en synergie une plate-forme d’acteurs : entreprises, institut de recherche, collectivités, organisations non gouvernementales, administrations et établissements scolaires.

2- Une mobilisation des jeunes pour répondre à l’objectif de la COY21 (COP21 des jeunes). Cette action sera portée par le mouvement WARN -We Are Ready Now- et soutenue par la collectivité départementale et les services de l’Etat (DEAL/MDDEE). Elle se traduira par une journée de réflexion sur le changement climatique -matérialisée par des ateliers puis restitution et recensement des initiatives jeunes -.
Cette action viendra compléter celle du conseil régional qui s’est déroulée le 6 juin 2015, (débat citoyen planétaire sur le climat et l’énergie)

Propos recueillis par Nady Vial-Cabrera
En téléchargement,
Synthèse DEAL, 29 Juillet 2015 (format pdf - 3 Mo - 12/08/2015)

177_DEAL_MASTER_COP21_bis


En savoir plus : http://www.cop21.gouv.fr/fr